Témoignages anciens élèves khâgne

Quelques témoignages d’anciens élèves de khâgne moderne

Margaux : J’ai passé trois années en classe préparatoire au lycée Condorcet,  à l’issue desquelles j’ai pu intégrer l’ENS de Lyon en spécialité histoire.

Je garde un précieux souvenir de ces trois années, riches au plan de l’apprentissage mais aussi de l’expérience humaine. J’y ai appris la rigueur et l’envie de me dépasser, entourée par une équipe de professeurs qui nous ont constamment témoigné leur confiance et nous ont accompagnés à la fois sereinement et efficacement sur la voie des concours. 

Si, à mon arrivée en prépa depuis un petit lycée du Sud-Ouest de la France, je n’avais aucune idée précise de la voie professionnelle que je souhaitais poursuivre, c’est au contact de mes camarades et grâce à l’encadrement précieux de mes professeurs que j’ai nourri un enthousiasme et une passion profonde pour les disciplines et les sujets que nous abordions. A Condorcet, j’ai pu sentir tout au long de mon hypokhâgne et de mes khâgnes que l’attention était réellement portée sur la singularité de chaque élève, la dimension humaine jamais oubliée, ce qui est assez rare pour être souligné pour un établissement parisien. Le 9 rue du Havre est devenu rapidement comme une seconde maison. Je ne peux qu’encourager les étudiants à se découvrir sur cette voie exigeante et extrêmement stimulante. Après mon passage à l’ENS de Lyon et l’obtention de l’agrégation d’histoire en 2016, j’ai décidé de m’orienter vers le patrimoine et les musées.

Mélissa : Je garde un excellent souvenir de mes années passées à Condorcet. J’étais déjà très attachée à l’établissement car j’y avais fait mes années de lycée.

Après ma khâgne moderne en spécialité anglais, j’ai choisi de poursuivre mes études anglophones en troisième année de licence à la Sorbonne, où j’ai pu tirer parti de mes deux années de classe préparatoire. Je suis actuellement en master d’anglais recherche en spécialité « théâtre contemporain » à la Sorbonne. C’est très agréable de sentir l’utilité de cette formation dans mon parcours universitaire aujourd’hui.

Mes deux années de classe préparatoire littéraire ont été particulièrement formatrices tant d’un point de vue méthodologique que scolaire.J’y ai rencontré des amis qui me sont chers aujourd’hui et des professeurs passionnés. Chaque fois que je suis dans le quartier, je ne manque jamais d’aller saluer mes anciens professeurs et l’équipe administrative qui participent beaucoup du climat studieux, fédérateur et chaleureux de ce lycée.

Soisic : Après le bac, j’ai opté pour une classe préparatoire littéraire pour son aspect généraliste et intense, mais je n’étais pas nécessairement animée par le désir de passer le concours, qui me semblait lointain. J’avais surtout peur de me trouver dans un monde de concurrence et de brimades, une mare aux crocodiles où seuls les meilleurs sont admis à rester. Dès le premier jour dans les beaux bâtiments de Condorcet, je me suis rendu compte que ce ne serait pas le cas et que beaucoup d’entre nous partageaient mes craintes. Très vite se sont formés des groupes de travail et de solidarité qui sont devenus des amitiés solides. La plupart des professeurs étaient prêts à prendre le temps de discuter des difficultés des élèves et des mauvaises notes qui ne manquaient pas de tomber au début de l’année ! Au fil des cours, mes préférences se sont approfondies et j’ai choisi de me spécialiser en khâgne moderne histoire-géographie pour la deuxième année.  Même si je n’ai en fin de compte pas eu le concours de l’ENS, j’ai intégré le master Stratégies Territoriales et Urbaines de Sciences Po, où la formation est très différente et complète bien les savoirs fondamentaux et les méthodes acquises en prépa. Mon passage en classe préparatoire fait partie intégrante de mon parcours universitaire et je conseille vivement la khâgne à ceux qui sont encore trop curieux des sciences humaines pour se spécialiser tout de suite après le bac. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *